Une interprétation des symboles des planètes

Temps de lecture : 9 minutes

On s’intéresse en général assez peu aux symboles des planètes.

Dans mon dernier article, j’ai évoqué l’intérêt de revenir aux mythes associés aux planètes que nous utilisons en astrologie. Aujourd’hui, je vais vous parler du symbole de chaque planète pour essayer d’en tirer quelques conclusions personnelles.

Vous serez peut-être surpris.e que je commence avec … la Terre. Elle ne fait pas partie des dix planètes habituelles de l’astrologie moderne. Mais, comme c’est le lieu d’où nous regardons le ciel, elle a une grand importance.  

La Terre

Quel est le symbole de la Terre ? Si vous regardez des peintures anciennes, vous verrez souvent le personnage de l’empereur portant, dans sa main, un globe surmonté d’une croix. La croix symbolise l’être humain. Dans la tradition chinoise, l’homme est médiateur entre le ciel et la terre (ligne verticale de la croix) et habite le plan horizontal, le monde physique. 

Le cercle, c’est la totalité, la globalité, la potentialité. J’en reparlerai à propos du Soleil, bien sûr. Dans ce symbole, c’est peut-être aussi, et tout simplement, l’image du globe terrestre.

La croix (symbole qui n’a bien entendu ici aucun rapport avec le christianisme) domine le cercle. Image de l’être humain dont la vision, centrée sur lui-même (le point de croisement des deux lignes qui forment la croix) domine le monde (le cercle) tout en lui restant extérieur.

Le symbole de la Terre ne vous rappelle-t’il pas un autre symbole ? Celui de la planète souvent considérée comme sa jumelle, Vénus, l’étoile du Berger. Vénus est voisine de la Terre à l’intérieur (du côté du Soleil), alors que Mars est voisine à l’extérieur. Je vais les étudier ensemble, puisque, en quelque sorte, elles « encadrent » la Terre. 

Vénus et Mars

Le symbole de Vénus est le même que celui de la Terre, mais inversé. Comme l’est la rotation de la planète : Vénus tourne sur elle-même en sens inverse de la rotation de la Terre. 

Avec le symbole de la Terre, la perception de l’être humain était centrée sur lui-même et s’imposait au tout, à la nature. Avec Vénus, c’est l’environnement (le cercle) qui domine dans la conscience. L’énergie de Vénus est sensible à son environnement, elle l’intègre. Vous pouvez rattacher à cette idée ce qu’ion dit souvent de Vénus : elle réagit à l’environnement en développant des valeurs, en élaborant des jugements. 

La croix est ici dominée par cette sensibilité à la globalité. Elle est en bas, orientée vers l’intérieur, qui est le domaine de prédilection de Vénus : attention au monde intérieur. D’où les habituelles références aux besoins intérieurs, à la vie intérieure, à la  féminité.

Dans le symbole de Mars, on retrouve le cercle de la potentialité, cette fois-ci associé à une flèche. L’ensemble évoque la libération d’énergie. La totalité de l’énergie de l’individu est projetée vers l’extérieur, comme Mars est à l’extérieur de la Terre par rapport au Soleil. 

L’orientation de la flèche à 45° correspond, en balistique, à la portée la plus grande possible. Et la flèche est orientée vers la droite, autrement dit vers les planètes dites « sociales ». L’énergie de Mars est un énergie d’action dans la société des humains. En tout cas, ce symbole n’exprime, vous le voyez, aucune idée d’agressivité ni de violence.

La flèche vous fait peut-être penser au symbole du Sagittaire. La différence tient au fait que, chez le Sagittaire, la flèche sort d’une croix, alors que chez Mars, elle sort d’un cercle. Je vois dans le symbole du Sagittaire une énergie  plus « mentale », intellectuelle au sens large. Chez Mars, c’est la totalité de l’énergie qui s’exprime, y compris l’énergie physique.

Je sens que Vénus et Mars se complètent : Mars agit, fait des expériences, et Vénus, en vivant ces expériences, leur donne du sens, en tire des enseignements, acquiert de la sagesse.

Le symbole de Vénus vous rappelle le symbole de Mercure, n’est-ce pas ? Au risque de vous surprendre, je vais associer à l’analyse de son symbole celle du symbole de Pluton. 

Mercure et Pluton

Partant du symbole de Vénus, celui de Mercure est produit en ajoutant, au sommet du cercle, une sorte de coupe inversée, un peu comme un croissant de Lune tourné vers le haut.

Mercure ajoute à la « sagesse » de Vénus les intuitions et les ouvertures intellectuelles. Mercure recevait les messages des dieux qu’il devait communiquer aux hommes. L’énergie de la planète n’est donc pas l’énergie froide de l’intellectualisme, mais plutôt celle d’une pensée qui circule, qui met en contact l’extérieur et l’intérieur (le haut et le bas du symbole), qui associe raison et intuition. 

Au fond, Mercure, c’est l’intelligence totale de l’être humain individuel.

Quand je regarde le symbole de Pluton, ce qui me frappe, c’est que le cercle qui se trouvait entre la croix et la coupe dans le symbole de Mercure, est maintenant posé dans la coupe. Comme si la coupe réceptrice accueillait la totalité du monde, de la nature, du cosmos. Cette idée me semble cohérente avec la position de Pluton, aux confins du système solaire, au contact de l’immensité de l’univers.

L’intelligence de Pluton, c’est l’intelligence non pas d’une être humain particulier, mais  de l’espèce humaine. C’est l’intelligence de l’univers dans son ensemble. Et c’est une intelligence – au sens de compréhension – qui dérange, qui bouleverse les façons de voir et de penser.

Je vous propose maintenant de quitter la frontière extérieure du système solaire pour revenir au centre, avec le Soleil et la Lune, évidemment indissociables.

Le Soleil et la Lune

Le jour, vous recevez la lumière émise par le Soleil, la nuit vous recevez la lumière  reflétée par la Lune. Voilà la trame du monde physique.

Vous connaissez le symbole du Soleil : un point, au milieu d’un cercle. Dans tous les systèmes symboliques, le point symbolise l’origine, le commencement, de tout. Et le cercle, c’est la possibilité, la potentialité, et l’espace où elles peuvent se développer. Sa forme est celle du zéro, le néant absolu où rien n’existe sinon la possibilité. 

L’énergie du Soleil, c’est une sorte de carburant qui nourrit la vie, autrement dit les activités humaines, pour ce qui concerne l’astrologie humaniste. La nature de ce carburant, c’est le signe dans lequel se trouve le Soleil dans votre thème. Comme vous avez tendance à utiliser en priorité le « carburant » qui est à votre disposition, votre signe exprime ce que vous cherchez naturellement à accomplir dans votre vie. 

La vie qui naît du Soleil est par nature cyclique. L’être humain le sent,, le sait, probablement depuis très longtemps. Or, le symbole le plus directement accessible du cycle (naissance, développement, maturité, etc.), c’est le cycle de la lunaison. Il est représenté par le début du cycle : le premier croissant de lune. 

La forme visible de la Lune est le résultat des positions respectives du Soleil et de la Terre. La Lune est donc le produit de son environnement. Et c’est ce qu’exprime son symbole. La Lune s’adapte à son environnement, à ses changements permanents. Mais elle le subit également, d’où son lien avec les humeurs changeantes. 

Ce que je viens de dire montre que le Soleil et la Lune, à travers leurs symboles, expriment bien la dualité qui naît de l’unicité de l’a source (le Soleil). Dualité des formes (pleine pour le Soleil, creuse pour la Lune), donc dualité des forces, émettrice (le Soleil) et réceptrice (la Lune). 

Je vous propose de reprendre notre chemin vers Jupiter et Saturne. On les associe toujours, et on les appelle les planètes sociales. Mais que disent leurs symboles ?

Jupiter et Saturne

Remarquez que, sur la route vers Jupiter, on commence par traverser ce qu’on appelle souvent la ceinture principale des astéroïdes. Ils sont peut-être les témoins symboliques des résultats « explosifs » de l’énergie de  Mars.

Le symbole de Jupiter, comme celui de Saturne, est composé d’une croix et d’un croissant. Celui de Jupiter évoque le nombre 4. Celui de Saturne le nombre 5. 4 évoque traditionnellement ce qui est solide, stable, tangible. L’énergie que Jupiter reçoit dans sa coupe tournée vers la gauche (vers Mars, donc) est investie dans l ’être humain. Ou dans les êtres humains, autrement dit la société, nourrissant leur expansion.

Le symbole de Saturne reprend l’image de la croix. Elle domine la coupe, qui est cette fois tournée vers le bas, vers le monde physique. Comme si la pensée se projetait dans le monde réel. L’être humain cherche par son intelligence à maîtriser le réel (donc le temps), autrement dit à l’organiser, le structurer, l’ordonner. Le nombre 5 est traditionnellement associé à l’équilibre, l’harmonie, à la perfection (le pentacle de l’homme parfait).

Comme vous le voyez, on est ici très loin du grand Bénéfique (Jupiter) et du Grand Maléfique (Saturne) des Anciens. Jupiter et Saturne sont des polarités, des orientations d’énergie, différentes. Elles sont donc complémentaires, pour le meilleur et pour le pire. 

Uranus et Neptune

On peut décrire le symbole d’Uranus comme le passage du symbole de la Terre entre deux lignes verticales qui l’enserrent. Uranus est une porte entre deux mondes. Le monde connu, celui de la Terre et de son environnement, de l’être humain et ses modes de pensée, d’une part. Le monde inconnu, d’autre part. 

Ce passage se fera vers le haut, quand la Terre aura traversé le passage étroit et sera libérée des pressions de toutes sortes, en particulier des pressions mentales. Uranus évoque donc le passage d’un monde de contraintes vers un monde plus « léger », aérien, libéré.  

Arrive enfin Neptune, dont le symbole rappelle celui de Pluton. Mais au lieu d’une cercle, la coupe supérieure contient une ligne verticale qui, avec les deux bords de la coupe, forme un trident. Ce trident est l’emblème de Poséïdon (dont les Romains on fait Neptune), qui domine les océans, autrement dit un monde en partie visible, en partie caché.

Cette coupe exprime à nouveau l’idée de réceptivité. Elle reçoit passivement les influences venant d’en haut, des mondes inconnus peuplés de rêves et de pensées inconscientes.

Mais le nombre 3 du trident montre aussi que Neptune mène un processus à son aboutissement. Car 3 est traditionnellement associé à un accomplissement. Après l’unité (le 1) brisée qui a donné la dualité (le 2), les nombre 3 réconcilie (3 = 1 + 2) ce qui doit l’être, dans une sorte d’achèvement, de maîtrise de la totalité. 

Vu son cet angle, Neptune semble exprimer que l’être humain est parvenu à la perfection qui lui correspond. Il a accompli sa mission et développé son plein potentiel. Il reste à Pluton à bouleverser cet accomplissement pour qu’un nouveau cycle commence. 

Puisque tout doit mourir pour renaître. 

Puisque la seule chose qui ne change pas, c’est le changement.

6 réflexions sur « Une interprétation des symboles des planètes »

  1. Bonjour JEAN LOUIS,

    Merci pour cet article…
    Toujours intéressant d’ouvrir son esprit avec de nouvelles approches…
    Moi je suis toujours « preneuse » !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *