cycles planétaires et âges de la vie

Cycles planétaires et âges de la vie selon Rudhyar

Temps de lecture : 16 minutes

Dans un article intitulé « On n’est jamais trop vieux pour recommencer », Dane Rudhyar s’interrogeait sur la pertinence des cycles planétaires pour analyser les parcours de vie. Il a été publié pour la première fois dans le magazine américain Horoscope de juillet 1967.

Voici cet article, qui montre bien l’esprit dans lequel Dane Rudhyar proposait de faire évoluer l’astrologie. Selon lui, pour aider les gens de notre époque, elle devait s’adapter à leurs problèmes et à leurs systèmes de valeurs. Et non plus aux problèmes et aux valeurs des êtres humains de l’Antiquité ou du Moyen Âge …

On n’est jamais trop vieux pour recommencer

Aujourd’hui, en 1967, il y a aux États-Unis près de 20 millions d’hommes et de femmes âgés de plus de 65 ans. On nous dit que d’ici l’an 2000, ils seront 34 millions. L’espérance de vie d’un nouveau-né est aujourd’hui de 70 ans. Elle était de 50 ans ou moins en 1900. Et d’ici l’an 2000, elle pourrait facilement atteindre 75 ans ou plus.

Ces chiffres ne disent pas tout. Car il faut également tenir compte de la tendance très rapide à l’automatisation et au développement et à l’utilisation accrus des nouvelles technologies. L’automatisation peut réduire le nombre d’emplois. Et par conséquent libérer les gens pour qu’ils prennent leur retraite plus tôt. Mais elle exige aussi des travailleurs hautement qualifiés. Et possédant une quantité toujours plus grande de compétences techniques et de connaissances intellectuelles.

La durée de vie s’allonge

Le résultat est double : les jeunes doivent passer par une période d’études plus longue. Soit pour obtenir un emploi technique. Soit pour être en mesure de comprendre l’impact de cette technologie avancée sur ce que nous appelons aujourd’hui de manière imprécise « les humanités ». 

Si les diplômes supérieurs deviennent une condition préalable à un nombre croissant d’emplois, un jeune homme ou une jeune femme devra peut-être étudier jusqu’à 25 ans. Et dans de nombreux cas jusqu’à 28 ou 30 ans. Avant de pouvoir remplir convenablement son rôle d’adulte dans notre société toujours plus complexe. 

Cela signifie également que le type de compétences techniques acquises à 25 ans peut ne pas être suffisant pour faire face aux nouvelles techniques. Celles que le travailleur, le penseur ou l’enseignant devra utiliser ou comprendre lorsqu’il aura atteint la cinquantaine. Il devra donc passer par une nouvelle période d’apprentissage dans la quarantaine ou au début de la cinquantaine. Ou bien prendre sa retraite avant 65 ans. Mais la retraite, pour quel genre de vie ?

Un modèle saturnien de l’existence humaine 

La vie d’un individu se déroule par cycles. Et plus nous sommes conscients de la nature et de la signification de ces cycles, mieux c’est pour tous. Le temps est peut-être révolu où la vie d’un homme était un tout monolithique. C’est-à-dire un seul processus de développement le long d’une seule ligne et avec un seul type d’occupation. 

On apprenait un ensemble de principes et une compétence particulière avant d’atteindre la « majorité » à 21 ans. Et, dans bien des cas, jusqu’à ce qu’on quitte l’école primaire pour un emploi agricole, industriel ou de bureau particulier. On se mariait une fois pour toutes. On restait dans un environnement familial ou communautaire local. Et on travaillait plus ou moins selon la même ligne d’activité. Jusqu’à ce qu’on soit frappé d’incapacité. Ou qu’on ait gagné assez d’argent pour jouir du genre de repos qui nous mène agréablement ou douloureusement à la mort.

L’existence humaine dans l’Inde traditionnelle

Ce type d’existence a pris une forme rigide et, en même temps, profondément significative dans l’Inde ancienne selon les Lois de Manu. Il y avait quatre grandes classes d’activités sociales représentées par les quatre castes de base. Et il y avait quatre phases dans la vie d’un être humain : 

  • la phase d’apprentissage de l’étudiant,
  • la phase de productivité biologique et sociale selon les modèles familiaux et commerciaux établis,
  • la phase de désengagement des possessions et des attachements par la retraite et la méditation. Mais aussi dans certains cas par une large participation aux affaires générales de la communauté en tant que fonctionnaire,
  • et enfin la préparation à une mort significative, peut-être en tant qu’errant totalement détaché.

Une telle approche de la vie humaine signifiait que l’homme était né pour remplir un rôle simple et précis. Il l’apprenait, le remplissait, s’en retirait afin de réaliser sa propre identité spirituelle. Et il se préparait à franchir une nouvelle étape de son évolution spirituelle aux portes de la mort. 

C’était une conception unitaire de l’existence personnelle et sociale dans une société qui ne changeait pratiquement pas. La personne, elle-même, restait ce qu’elle était. Tout comme une plante annuelle germe, fleurit, produit des fruits et des graines, et meurt selon une formule générique stable. 

La structure saturnienne de l’existence

Un tel modèle de vie fonctionne sous l’influence astrologique de Saturne. Son processus global de déploiement énergétique est conditionné par le rythme de ce que j’ai appelé « le cycle progressif des lunaisons ». C’est-à-dire les phases récurrentes de la relation soli-lunaire établie à la naissance. Dans son aspect social, il est profondément marqué par le cycle de 20 ans des conjonctions de Jupiter et de Saturne.

Après trois conjonctions de ce type, Jupiter et Saturne reviennent à leur place dans le thème de naissance. Ils répètent ainsi leur aspect natal original. L’être humain a environ 60 ans. Chaque cycle de lunaisons progressées dure 30 ans. Car les nouvelles lunes se produisent en fait tous les 30 jours. La Lune et le Soleil progressés répètent leur aspect natal également à environ 60 ans. 

En Chine et dans la Grèce antique, on disait que 60 ans était « l’âge de la philosophie ». L’homme était théoriquement prêt à considérer sa vie et celle de sa communauté avec une compréhension détachée et objective. Relativement peu d’hommes ou de femmes atteignaient cet âge. Ils devenaient les patriarches ou les hommes d’État les plus âgés. Et les matriarches respectées et très puissantes qui régnaient sur de grandes familles. Pendant les quelques années qui les menaient à la période occulte des « trois dizaines et dix », considérée comme la limite de la vie de l’homme.

âges de la vie

Un modèle révolu

C’était peut-être le bon vieux temps. Mais à moins que notre société moderne s’effondre, il est révolu pour toujours. La vie humaine n’est plus un processus simple, au rythme végétal. Au cours de la durée de vie de leur corps, les hommes et les femmes semblent condamnés à faire l’expérience de deux ou trois vies différentes. A mourir à la première et à renaître dans une autre qui exige un départ fondamentalement nouveau. Et, dans un sens très réel, une nouvelle éducation. 

Les anciens cycles Saturne et Jupiter-Saturne ne sont plus des horloges adéquates pour mesurer les heures et les minutes de l’existence. Nous devons chercher de nouvelles façons de mesurer le temps de vie des individus humains. Et c’est le mouvement d’Uranus qui nous fournit actuellement le modèle le plus significatif de changements. Dans nos vies longues et complexes d’individus modernes.

Un modèle uranien de l’existence humaine 

Il faut 84 ans à Uranus pour accomplir sa révolution autour du Soleil. Uranus atteint l’opposition à son lieu natal, donc à l’âge de 42 ans environ. C’est le moment d’un changement psychologique, sinon biologique. Il est vécu aujourd’hui par une très grande majorité d’hommes et de femmes. 

Ces hommes et ces femmes sont devenus, dans une certaine mesure du moins, des « individus » à part entière. Mais ces individus modernes éprouvent le plus souvent de l’anxiété et des frustrations. Et ils sont prêts à vivre une « crise de la quarantaine » plus ou moins accentuée. J’ai, dans des articles précédents, caractérisé cette crise très médiatisée comme une sorte d' »adolescence à l’envers ».

Lorsqu’une vie humaine était censée avoir une durée archétypale de 70 ans, 35 ans était le point médian d’une telle durée de vie. C’était théoriquement le grand moment de la maturité. C’est-à-dire le moment où un être humain était en pleine possession de son pouvoir productif. Et chargé de suffisamment d’expériences passées pour utiliser valablement ce pouvoir dans l’exercice de son rôle social et personnel dans sa communauté. 

La clé, c’est maintenant le changement

Si, par contre, nous considérons que la mesure archétypale de la vie d’un homme est de 84 ans, la situation change. Elle change parce que nous avons maintenant affaire à une vie conditionnée par Uranus. Une vie dans laquelle le changement plutôt que la stabilité est la note clé. Nous ne vivons plus dans une société de type statique. La vie moderne est essentiellement et (dans le sens le plus profond de ce mot) « tragiquement » dynamique… et bien plus excitante !

En effet, les hommes et les femmes de notre société occidentale vivent très souvent non pas une, mais au moins deux vies pendant leur existence. Et il est presque évident que ce modèle de vies multiples successives se généralisera à mesure que notre société deviendra plus technologique et plus complexe. 

En d’autres termes, le rythme de l’existence individualisée de l’homme et de la femme modernes évolue à un rythme si rapide. Il commence si tôt que l’ensemble du modèle d’existence humaine doit au moins se diviser en deux. S’il veut relever de manière significative le défi de cette nouvelle ère.

Les résistances au changement sont puissantes

À un moment donné, au milieu de notre vie, nous avons tendance à ressentir presque inévitablement le besoin de recommencer notre vie sur de nouvelles bases. Et la diffusion des formes les plus récentes de technologie nous forcera dans de nombreux cas à le faire. De manière peut-être subtile mais non moins puissante. 

La société d’aujourd’hui ne reconnaît toujours pas ce fait. Elle conserve ses anciens modèles de moralité dualistes (qui ne sont plus valables de manière significative et qui sont inapplicables). C’est pourquoi on assiste à un tel chaos psychologique et social. Et pourquoi l’hypocrisie et la malhonnêteté intellectuelle sont pratiquées partout à tous les niveaux individuels et sociaux.

Mais les manières de vivre changent irrésistiblement

Aujourd’hui, presque immédiatement après l’adolescence, si ce n’est avant, l’enfant commence à fonctionner comme un adulte immature. Les raisons de ce phénomène sont évidentes. Il suffit de mentionner le mode de vie des familles modernes. Les pressions psychologiques subies par les enfants de parents perturbés et émotifs (ou divorcés). Les programmes télévisés stimulant le sexe et la violence. Et le rythme général d’une existence qui tourne plus autour de la voiture que d’un foyer intégré. 

Compte tenu de la manière dont les adolescents sont élevés, il est tout à fait déraisonnable d’attendre d’eux qu’ils ne recherchent pas d’expériences sexuelles. Et qu’ils ne revendiquent pas le droit de participer pleinement à la société des adultes. Ce qui conduit à des mariages précoces dans un grand nombre de cas et à la rébellion des élèves.

Le garçon peut être amené à passer une grande partie de sa vingtaine dans une université. Et la fille étudie ou travaille également. Il est évident que de nouveaux types de modèles familiaux doivent être développés. Un nouveau type de relation entre les enfants et les parents, ainsi qu’entre les sexes.

Quoi qu’il en soit, à 42 ans, il est raisonnable pour les parents qui se sont mariés tôt de s’attendre à ce que leurs enfants soient adultes, à l’université ou mariés. À cet âge, la technologie apprise à l’âge de 20 ans peut être déjà partiellement obsolète. À cet âge également, la relation mari-femme a tendance à être profondément modifiée. Uranus est en opposition à son lieu natal. Le décor est planté pour une nouvelle vie. Les mêmes personnes peuvent y participer, mais sont-elles les mêmes qu’à 21 ans ? A condition qu’elles n’aient pas divorcé des années auparavant ?

Les cycles de sept ans

Le cycle de 84 ans d’Uranus se divise lui-même en douze cycles de 7 ans. Et aussi en sept périodes de 12 ans de nature jupitérienne. Le plus fondamental, dans un sens général, est le cycle de 7 ans. Son rythme a évidemment un caractère générique plutôt qu’individuel. Mais nous ne devrions jamais oublier (bien que nous le fassions souvent !) qu’une personne est d’abord « humaine ». Avant d’être un être social, et enfin un véritable individu.

Les âges de 14, 21, 28, 35, 42, 49 ans sont, dans la plupart des cas, des étapes très importantes dans le développement d’une personne. À l’âge de 14 ans environ, l’enfant fait l’expérience de l’adolescence. À l’âge de 28 ans, il est généralement amené, d’une manière ou d’une autre, à découvrir plus pleinement ce qu’il est en tant qu’individu. J’ai parlé de cette période comme de la deuxième naissance, « la naissance dans l’individualité ». 

C’est peut-être l’âge auquel le jeune termine de plus en plus son éducation technologique. Y compris peut-être une formation de nature pratique dans un emploi, un voyage dans le monde. Il assume alors son rôle productif définitif dans la société. Dans certains domaines (comme la physique moderne ou les arts), ce peut être le moment où il apporte sa première contribution individuelle à la connaissance de l’humanité tout entière. Peut-être une contribution intuitive et fraîche. Qu’il devra progressivement développer et rendre pleinement productive au cours des 7 ou 14 années suivantes.

Le passage des 42 ans

Puis vient l’âge de 42 ans. Cette période est assez souvent une crise grave. Uniquement parce que les personnes concernées ne veulent pas accepter le fait qu’elles ont changé. Elles s’accrochent à des images anciennes et désormais obsolètes. Des images d’elles-mêmes, de « l’autre » et de la famille, ou de leur place dans la société. 

Ne serait-il pas plus conforme au rythme accéléré et aux pressions de notre société moderne que les gens réalisent qu’à cet âge, ils terminent en fait au moins la première phase de leur vie ? Et qu’ils sont confrontés au défi de commencer une nouvelle phase, peut-être très différente ? Ne serait-ce pas, dans de nombreux cas du moins, une politique sociale constructive que de permettre quelques années d’éducation renouvelée ? Tant sur le plan psychologique que technique ou intellectuel. Pour préparer le début d’une nouvelle vie à la fin de la quarantaine ?

Un fondement pour une nouvelle vie

Il est évident que de nombreuses objections et une probable tempête de protestations accueilleront une telle idée. Mais le fait est qu’elle ne ferait qu’exposer au grand jour ce qui, dans de nombreux cas, se produit réellement. En termes de crise souvent destructrice. Une crise qui pourrait bien empoisonner psychologiquement le reste de la vie des personnes concernées. Aujourd’hui, ce reste pourrait bien être toute la seconde moitié de la vie ! 

Ne serait-il pas plus significatif d’accepter le fait que cette seconde moitié ne doit pas être une simple répétition ? Ou une morne continuation de la première ? Et qu’elle peut essentiellement différer de la première phase ? Le type de relations interpersonnelles et la qualité des connaissances qui deviendraient les fondements de la nouvelle vie d’individus ayant mené une vie plus ou moins indépendante depuis l’âge de 14 ou 16 ans seraient certainement différents du type et de la qualité des contacts et de l’apprentissage qui sont possibles pour les adolescents.

Si cela était bien compris et s’il était généralement admis que la seconde moitié de la vie peut être une nouvelle vie recommencée sur de nouvelles bases psychologiques, sociales et spirituelles, alors les gens n’auraient pas besoin de se retirer à 65 ans pour mener une existence plus ou moins socialement improductive et inutile autour des terrains de golf ou des tables de bridge. 

Une deuxième vie, au moins

Ils pourraient avoir, à partir de 48 ans environ jusqu’à 70 ans ou plus tard, de nombreuses années de productivité constructive, vraiment mûre et « contemporaine » (plutôt que basée sur d’anciens précédents). Ils produiraient – après quelques années de rééducation et de renaissance physique, psychologique, philosophique et scientifique.

Sur la base d’un type de connaissance et d’expérience vraiment mature. Il devrait s’agir d’une base de sagesse créative. Plutôt que d’une base de connaissances traditionnelles ancestrales, mêlées à la subjectivité, à l’exubérance et à la rébellion des adolescents.

Lorsque les hommes et les femmes prendront leur retraite à 70 ans ou plus, ils pourront se retourner sur une double – ou peut-être même triple ou quadruple – moisson d’expériences. Ils pourraient alors être mis au défi d’essayer d’intégrer cette expérience multiple. En conséquence, ils laisseraient à leurs petits-enfants ou arrière-petits-enfants la riche moisson d’une vie très complète, variée et englobante. 

Le vieux concept saturnien statique et monolithique de la vie dans un environnement strictement limité et en termes de relations interpersonnelles étroitement ciblées serait alors remplacé par une existence dynamique. Une vie multiforme et à plusieurs niveaux, toujours ouverte à de nouveaux horizons. Une vie véritablement et constructivement uranienne.

Les mi-points des cycles

J’ai souligné dans ce qui précède le fait évident que pour les individus modernes vivant sous la pression de vastes villes et de contacts interpersonnels sans cesse renouvelés, la quarantaine constitue la période la plus caractéristique de la transformation uranienne. Mais dans certains cas, le rythme des changements de conscience peut être encore plus accéléré. 

Les trois cycles de 28 ans qui s’ajoutent à un cycle complet d’Uranus établissent un schéma triple très significatif qui apparaît déjà dans la vie d’un certain nombre de personnes. Notamment dans les cas de mariages très précoces. Au cours de mes plus de 30 ans de pratique en tant que consultant, j’ai constaté que la trente-neuvième année est assez souvent le moment où la graine de l’agitation dans les relations sociales ou conjugales est semée. Elle ne germe qu’un peu plus tard, au milieu de la quarantaine.

La quatrième année d’un cycle de sept ans est le « bas » (point 3 1/2) du cycle. Ce qui a été commencé au début de ce cycle peut soit aboutir à une réalisation fructueuse au cours des deux années suivantes, soit commencer à montrer des signes de désintégration.

L’importance des points médians des cycles planétaires

Ira Progoff est un psychologue new-yorkais dont les écrits et les conférences ajoutent progressivement une nouvelle dimension à la psychologie des profondeurs de type jungien. Il a souligné récemment l’importance des « points médians » dans la croissance, la maturation et l’obsolescence cycliques des « images » qui constituent le fondement même de la vie psycho-mentale de l’homme. 

Le concept de point médian est très important dans l’astrologie moderne, notamment dans le système connu sous le nom d' »astrologie uranienne » en Allemagne. La quarantaine représente le point médian d’une vie théorique de 84 ans. Et les âges de 14, 42 et 70 ans sont les points médians des cycles de 28 ans.

On pourrait très bien dire que l’âge de 14 ans est identifiable comme la crise de l’adolescence. Une crise dont dépend souvent l’issue de toute la vie de relations interpersonnelles et sexuelles. L’âge de 42 ans constitue un renversement subtil ou aigu du processus de l’adolescence. Et parfois une « seconde adolescence » quelque peu frénétique. L’individu moderne, qui a peut-être connu une période d’adolescence frustrée, y recherche avec excès de nouvelles relations sexuelles avant qu’il ne soit trop tard.

Le sens de la retraite

À 70 ans, la dernière période de 28 ans de la durée de vie théorique contrôlée par Uranus atteint son point médian. La prise de conscience que certaines choses doivent être faites, également « avant qu’il ne soit trop tard », peut devenir une pression insistante. Ce devrait être, je crois, l’âge normal de la retraite pour les personnes qui ont été impliquées dans une activité sociale ou commerciale continue. Mais la « retraite » devrait signifier la « montée en graine » de la « plante » humaine. Elle devrait signifier l’extraction, dans la vie qui s’écoule, de la récolte de toutes les expériences vécues depuis l’adolescence.

âges de la vie

Selon la tradition bouddhiste, Gautama le Bouddha, juste avant d’atteindre l’illumination suprême et l’état de Nirvana, passa par un état appelé sammasambuddhi. Dans lequel il « vit » en succession rapide non seulement tous les événements de sa vie (il avait alors 35 ans). Mais aussi la signification essentielle (buddhi) de ces événements en termes de synthèse (samma). La graine dans le signe d’automne, la Balance, est la synthèse de toutes les activités printemps-été de la plante. C’est une telle « synthèse de la graine » que l’individu qui atteint l’âge de 70 ans devrait être capable d’accomplir dans sa propre conscience.

Qu’il ait la capacité mentale de transférer à d’autres et de formuler publiquement cette synthèse n’est pas ici le point important. Ce qui est important, c’est que cette synthèse de semence en termes de conscience et de vie intérieure des sentiments de l’individu soit ce que signifie la « retraite ». 

Elle ne doit pas se résumer à des années de détente vide et à « passer le temps ». Tout en s’accrochant, consciemment ou inconsciemment, au simple fait d’exister dans un organisme physique qui se détériore. 

L’individu doit se retirer à l’intérieur de lui-même afin d’amener toute son expérience de vie à un état de réalisation du sens. C’est là la seule signification positive et véritablement humaine de la retraite. Si les résultats de cette réalisation peuvent être partagés avec d’autres personnes proches, ou avec l’humanité dans son ensemble, c’est encore mieux.

La peur de la mort est dans une large mesure l’expression du sentiment de l’incapacité d’amener sa vie à la condition de semences. Elle a laissé des empreintes vives et parfois fantastiques dans la civilisation chrétienne occidentale. Pour celui qui a connu, de son vivant, plusieurs morts et renaissances, il ne peut y avoir de réelle crainte ou anxiété face à la mort. La mort n’est qu’un changement de plus – un changement passionnant.

Une communauté pour la renaissance

Nous vivons une époque confuse et déroutante. Mais nous devons regarder les faits en face. Ce qui était valable et avait du sens lorsque la plupart des êtres humains ne vivaient que 40 ou 50 ans ne peut prétendre à la même validité pour des êtres humains qui peuvent espérer vivre jusqu’à 80 ans. Les problèmes liés à l’augmentation rapide de notre population de retraités deviennent chaque année plus évidents. Nous pouvons examiner ces problèmes sous de nombreux angles. Et le problème de l’utilisation des loisirs, qui a fait l’objet d’une grande publicité, n’est pas le seul. Surtout dans sa formulation populaire. 

L’essentiel n’est pas ce que vous ferez de votre temps à la retraite. Mais ce que vous ferez de vous-même et de votre passé. La sénilité saturnienne est un retour à l’enfance. Mais la renaissance uranienne nous ramène plus loin à l’acte créateur lui-même. Et chaque instant peut être un acte créateur, un nouveau départ.

Renaître

Cependant, naître à nouveau nécessite une période de préparation et de gestation. Si l’homme doit connaître plusieurs naissances au cours de ses 80 ans ou plus, il doit aussi pouvoir connaître des périodes de pause et de reconstruction. Alors, le processus de renouvellement du corps, de l’esprit et des sentiments doit se poursuivre avec un minimum de tension et de perturbation.

 Ce qu’il nous faut, ce sont des « colonies » ou des communautés spéciales. Dans lesquelles les êtres humains pourraient venir passer deux, trois, ou plus d’années en préparation d’un changement de vie valide et constructif. Dans ces communautés saines, il y aurait toutes les facilités imaginables pour la rééducation technique aussi bien que psychologique, philosophique, historique et spirituelle.

2 réflexions sur « Cycles planétaires et âges de la vie selon Rudhyar »

  1. Un grand merci, Jean-Louis, d’avoir traduit et porté à notre connaissance ce texte si dense et si riche.
    Je me sens totalement en phase avec les idées de Dane Rudhyar qui sont d’une saisissante actualité.
    Cet article est aussi l’occasion de signaler le travail de Ira Progoff qui avait tôt reconnu l’intérêt de l’écriture d’un journal pour donner du sens et surmonter les difficultés de la vie et favoriser le développement personnel et spirituel des individus. Comme l’astrologie. Tout se tient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *