mai 14, 2021
karma, enchaînement des causes et des effets

Le karma et votre thème natal

Temps de lecture : 5 minutes

Bien sûr, vous savez ce qu’est l’astrologie karmique. Il est possible qu’elle vous intéresse particulièrement. Et d’ailleurs, peut-être considérez-vous toute approche astrologique comme fondamentalement karmique ? Mais savez-vous précisément de quoi on parle quand on parle de karma ? Je voudrais dans cet article partager avec vous mon approche actuelle de cette notion. Sur le sens que j’accorde à ce mot en liaison avec notre thème natal.

Je dis « actuelle » car l’idée que je me fais du karma évolue avec le temps. Et c’est normal, car cette notion de karma touche réellement à l’idée que nous nous faisons de la vie, qui n’est pas figée.

C’est une question complexe, car le mot « karma » est chargé de connotations parfois étranges. Différentes approches modernes (par exemple la théosophie) y sont pour quelque chose : elles ont peu à peu éloigné le mot karma de son sens originel.

Or il est important pour l’astrologie karmique qu’on soit précis sur la signification du karma. C’est ce que je vais essayer de faire.

La notion de karma

Le mot karma est un mot sanskrit qui signifie « activité conditionnée ». Cette activité peut être un acte, une pensée ou une parole. Et l’activité englobe la totalité de cet acte, y compris sa cause et ses conséquences. C’est pourquoi cette activité est dite conditionnée (sous-entendu par ses causes). 

Autrement dit, le karma, c’est l’enchaînement des causes et des effets, des causes et de leurs conséquences. On peut dire que le karma, c’est la loi de cause à effet. Et c’est une loi universelle.

La notion de karma vient de l’hindouisme, et a été ensuite reprise dans le bouddhisme qui en est issu. Dans le bouddhisme tibétain, on parle d’interdépendance universelle, et des 12 causes fondamentales.

Une loi universelle

Je disais que le karma est une loi universelle. On pourrait dire que l’existence serait impossible sans karma. Car l’absence de karma signifierait que l’existence est due au simple hasard. Imaginez ce que serait votre existence si elle était déterminée par de purs hasards. Où trouveriez-vous la motivation pour avancer, pour changer, tout simplement pour vivre ?

Le karma apporte donc une explication à ce qui se produit dans votre vie. Mais elle n’est pas la seule. Il y a d’autres causes : psychologiques (à travers les expériences que vous avez vécues), physiques, culturelles, etc. Quoique… on pourrait dire que ces causes extérieures existent et agissent pour des raisons karmiques !

Le karma rend-il fataliste ?

Le bouddhisme considère que le karma est produit par des actions volontaires, et qu’il est nourri par une intention, une motivation. C’est donc nous-mêmes qui produisons notre karma, ou plus exactement qui avons produit notre karma actuel. Cela pose évidemment la question des réincarnations, dont je parlerai plus loin.

Il n’y a donc aucun fatalisme dans la notion de karma, et il est important de le rappeler car beaucoup considèrent le karma comme une forme de déterminisme. On entend dire : « Ce matin, j’ai un mauvais karma », ce qui signifie en réalité qu’on s’est « levé du pied gauche ». C’est évidemment un contresens.

En fait, votre karma peut être modifié, désamorcé. Je parle ici des karmas qu’on pourrait dire malheureux. Car, à tout destin malheureux, un remède est possible. Nisargadatta Maharaj disait : 

Le karma façonne les circonstances, les attitudes sont vôtres.

On retrouve ici une des grandes idées de l’astrologie humaniste : votre thème n’est pas le catalogue de ce qui va vous arriver dans l’existence, sous l’influence mystérieuse de corps célestes. Des événements heureux si vous avez de la chance, des événements malheureux si c’est ce que vous méritez !

Il représente un ensemble de circonstances avec lesquelles votre libre arbitre va pouvoir et devoir composer.

Le karma n’est pas une punition

Une des déviations classiques qui affectent la notion de karma dans notre culture occidentale consiste à l’associer à un jugement moral. Le karma est une récompense ou une punition pour nos actions passées. J’imagine que la fameuse culpabilité judéo-chrétienne y est pour quelque chose.

Cette idée est totalement étrangère à l’idée de karma dans l’hindouisme ou le bouddhisme. Le karma n’est pas la sanction infligée par une divinité, mais l’application d’une loi universelle, par laquelle nous nous créons notre propre bonheur ou notre propre souffrance.

Imaginer que le karma vous invite à vous repentir est donc inutile. C’est du temps perdu. C’est pourquoi, souvent, vouloir connaître les moindres détails de son passé ne sert à rien. Cela revient à vouloir conduire sa voiture en regardant dans le rétroviseur. 

Un guide pour la vie

Par contre, appréhender le sens des expériences vécues dans le passé, j’allais dire dans les passés, est particulièrement utile pour comprendre le présent et lui donner du sens. Dans cette optique, la raison d’être de votre existence actuelle consiste non pas à subir le karma mais à le travailler, à le modifier, à en tirer parti. 

Et c’est là que l’astrologie karmique peut être d’une grande utilité.

On ne peut pas parler du karma sans parler de réincarnation. L’idée de vies successives est évidemment une conséquence logique de la notion de karma. Personne ne sait ce que concrètement signifie cette idée de vies successives, d’enchaînement de morts et de naissances. 

Mais on peut imaginer qu’elle représente la continuité du karma, la continuité de l’enchaînement des causes et des effets, la continuité d’une conscience qui s’incarne dans des vies successives. Et cette continuité s’exprime dans votre thème natal.

Thème natal et roue du samsara

Dans l’hindouisme, puis dans le bouddhisme, on parle de samsara pour évoquer cette continuité des vies. Dans le bouddhisme tibétain, par exemple, on représente le samsara par une roue composée de 12 parties. Chacune de ces parties a un sens particulier, évoqué par une illustration.

Représentation bouddhiste de la roue du samsara

Comment ne pas penser, en contemplant cette roue, ce mandala, à la figure de votre thème natal ? Comme la roue du samsara, votre thème natal, avec ses 12 maisons (la terre) et ses 12 signes (le ciel), représente la pulsation de la vie au sens large. Avec ses cycles, qui représentent le cheminement permanent et rythmé de la vie.

Dans l’optique de l’astrologie, le karma retrouve donc son sens originel. Il est à la fois un héritage et une raison d’être. Notre thème natal, dont beaucoup d’astrologues considèrent que tous les éléments y ont un sens karmique, nous en donne les clés.

Des clés pour la vie

C’est une sorte de réservoir d’énergies non dépensées, qui sont donc à votre disposition pour résoudre des problèmes que vous n’avez pas pu résoudre dans le passé. Pour dépasser des peurs que vous n’avez pas pu comprendre et assumer dans le passé.

Vous pouvez donc considérer le karma avec lequel vous avez commencé cette existence, tel que le révèle votre thème natal, comme la somme des problèmes que vous n’avez pas résolus dans votre passé. 

Les résoudre, partiellement ou complètement, au cours de l’existence actuelle, c’est ce qu’on appelle « purifier son karma ». Et c’est au fond ce que vous pourriez appeler votre mission de vie.

4 réflexions sur « Le karma et votre thème natal »

  1. Un livre que j’apprécie beaucoup au sujet du karma, c’est « le karma du présent » de Martin Schulman, pas de référence au passé ni au futur mais au rôle spécifique de chaque planète, en fonction de son énergie et de sa symbolique, pour être (ou revenir) dans le moment présent.

    1. Je suis bien d’accord avec vous. C’est un astrologue de tout premier plan, créatif et profond. Son livre sur la part de Fortune est une mine.

  2. Comme d’habitude cette approche karmique est merveilleusement cernée et pratiquant l’astrologie karmique depuis de très nombreuses années je ne peux que rejoindre ton avis.
    Ceci n’est pas en relation directe mais comme tu cites quelques fois Jung il y a un livre excessivement bien fait que je te recommande vivement.
    C. G. Jung
    L’aventurier des profondeurs
    Étude succincte et historique du processus d’individuation
    de Colette Charlet.
    Au plaisir de te lire bientôt
    Marie

    1. Merci beaucoup pour cette information, Marie.
      On n’a jamais fini de faire le tour de ce que Jung nous a apporté.
      Le livre par lequel j’ai commencé, c’est L’homme à la découverte de son âme.
      A l’époque, ce livre m’avait marqué. Mais tu le connais certainement.
      Bien à toi.
      Jean-Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *