lion

Les secrets du Lion

Temps de lecture : 5 minutes

Avez-vous déjà remarqué à quel point les descriptions du signe du Lion sont simplistes et stéréotypées ? On entend toujours les mêmes mots : arrogance, orgueil, prétention, etc. 

En fait, ce dont parle ces descriptions, ce sont les apparences, le comportement. Mais si on se donne la peine d’aller au-delà des apparences, et d’essayer de comprendre la réalité intérieure du Lion, les choses prennent une allure nettement différente.

Le signe du Lion est au centre de la triplicité des signes de feu. Autant dire que les émotions sont au cœur de l’activité du Lion, de sa nature passionnée. Et c’est un signe fixe, qui ne transige pas avec sa volonté profonde et sa quête de sens. 

Le Lion est capable de créer son monde avec une grande détermination. Il le fait avec beaucoup de puissance, mais aussi de rigueur morale. Quand le sens et la rigueur sont absents, alors on aboutit à une sorte de caricature du signe du Lion, et l’on peut parler dans ce cas d’orgueil, d’arrogance et de passion exacerbée.

Que dit le symbole Sabian du 1° du Lion ?

Le symbole Sabian du 1° du Lion est étonnant. Il s’énonce ainsi : un cas d’apoplexie. Sous-titre : pour jouir de la vie, il faut risquer la mort.

Il y a quelque chose de profondément instructif dans cette image. Elle suggère que nous devons risquer la mort pour vivre vraiment. Plutôt que d’être contrecarrés dans nos désirs, nous sommes prêts à payer le prix fort.

Cette qualité impulsive est très puissante, et certains la trouveront écrasante. Cependant, elle peut créer une personnalité très stable qui mobilise un grand potentiel personnel. Elle est également très créative. (…)

La sagesse veut que lorsque nous ne résistons à rien, nous devenons irrésistibles. Cela signifie qu’une absence totale d’inhibition peut être une stratégie de vie très réussie.

James Burgess, Sabian Mysteries, p. 164

Deux orientations pour la natif du Lion

Le signe du Lion ne recouvre pas une réalité uniforme. Il existe en fait deux types différents de Lion. Le premier qu’on pourrait appeler herculéen, très réaliste, qui se développe dans l’horizontalité, autrement dit dans le matériel. Il se caractérise par une constitution physique plutôt puissante. 

Le second qu’on pourrait dire apollonien, plus idéaliste, installé dans la verticalité. C’est son soleil intérieur qui est puissant. Il se développe sur un plan plus spirituel.

Le besoin fondamental du Lion

Quel est le besoin fondamental du Lion ? C’est de retrouver sa source. En d’autres termes, de répondre aux questions suivantes : qui suis-je ? D’où viens-je ?

Cette quête sous-tend ce qui est une caractéristique du signe du Lion : la créativité. Elle cherche à produire quelque chose qui permet au Lion d’entrer en contact avec cette chose à l’intérieur de lui qui représente sa source.

Cela fait du Lion un signe particulièrement introverti. Cela peut paraître surprenant. Mais cela illustre mon propos de départ : ne pas confondre le comportement extérieur du Lion qui peut faire penser qu’il est extraverti, et son attitude intérieure imprégnée d’introversion.

On pourrait dire que la quête du Lion, c’est la quête du Graal. Non pas le Graal chrétien, mais le Graal païen qui l’a précédé, et qui représente la source de vie ou la pierre alchimique.

Cette quête peut se manifester tardivement dans la vie du Lion. Elle est alors déclenchée par des événements perturbateurs de la vie, ou par des crises intérieures qui ont provoqué chez le Lion une perte ou une remise en question du sens de son existence.

Le Lion, signe de maturité de la graine

Venant au milieu de l’été, au moment où les plantes sont en plein épanouissement, le Lion fait sortir ce que le cancer venait d’intérioriser et de faire mûrir peu à peu. Le moment est venu de s’exprimer.

Avec le Lion, il n’y a plus de secret. Son comportement est le reflet de ses états intérieurs. Ce qu’il exprime, c’est ce qui est le plus intime en lui, son mystère le plus profond. Et c’est ainsi qu’il développe son identité.

L’essence du Lion

Seuls les natifs de Lion soupçonnent ce qui fait leur essence. Aussi curieux que cela puisse paraître, il y a chez le Lion beaucoup de caractéristiques enfantines. D’abord une immense confiance en la vie, qui l’aide à relativiser les critiques.

Mais aussi une tendance à dramatiser ce qui lui arrive, avec une bonne dose d’innocence. Le Lion calcule peu, son attitude est spontanée. Il y a même une certaine fraîcheur dans les attitudes du Lion.

Fondamentalement, le Lion vit dans l’instant présent. Pour lui le passé est révolu et donc sans intérêt. L’avenir n’existe pas encore, ce qui ne justifie pas qu’on s’y intéresse particulièrement.

Sur quelles ressources le Lion peut-il compter ?

On pourrait dire que le moteur du Lion, c’est l’appréciation positive que lui renvoient les autres. Certes, il projette souvent une image de supériorité, réelle ou perçue. Mais que cache cette image ?

En réalité, et le Lion est seul à le savoir, cette quête d’appréciation cache une vulnérabilité souvent forte. Dans la séquence des signes, le Lion est le premier à affronter le monde extérieur. Il le fait avec témérité, mais non sans angoisse.

Cette angoisse, il la dissimule sous un comportement qui, poussé à l’extrême, peut certes être interprété comme de l’arrogance ou de l’orgueil. Mais en réalité, ce comportement est un appel à l’aide, une demande de soutien. Car c’est à travers ce soutien que lui manifestent les autres que le Lion puise son énergie.

Ce comportement produit souvent l’impression que le Lion est extraverti, comme je l’ai déjà évoqué. 

À quoi le Lion consacre-t-il son énergie ?

D’abord à rester fidèle à lui-même. À être authentique. Il y a chez le Lion une volonté d’authenticité et de rigueur qui ressemble parfois à de l’austérité.

Sans aller jusqu’à dire que tous les Lions se considèrent comme des personnes uniques et bien particulières, il y a en tout Lion un fort sentiment de son identité. Cela le conduit à refuser, quitte a dépenser beaucoup d’énergie pour y parvenir, que la société lui dicte ce qu’il doit faire pour se fondre dans la foule. Le Lion veut être reconnu pour ce qu’il est, en tant qu’individu.

Bien sûr, contrairement aux signes qui l’ont précédé, le Lion dépense une énergie considérable dans l’interaction avec les autres. C’est une véritable débauche d’énergie qu’il met au service de son idéal. 

Ce faisant, il crée des situations qui deviennent épuisantes pour ceux qui doivent s’adapter à son rythme. Ceux qui vivent ou travaillent avec un Lion savent que ce n’est pas de tout repos.

Ils finissent par s’épuiser à cause d’une surexposition à l’énergie du Lion. C’est comme un méchant coup de soleil.

Bill Tierney, All around the Zodiac, p. 109

Mais il est également vrai qu’il y a chez le Lion quelque chose d’un peu fascinant qui, chez certains, donne un charisme puissant. Ce charisme, associé à sa générosité légendaire, rend finalement supportables les excès du Lion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *