mai 14, 2021
méditation

Comment acquérir une vision profonde de votre thème ?

Temps de lecture : 7 minutes

Beaucoup de gens posent à l’astrologie des questions qui commencent par qui (vais-je rencontrer), que (va-t-il m’arriver) ou quand (vais-je rencontrer mon âme soeur, ou trouver du travail). Et ils attendent des réponses précises. 

Pour eux, un thème astrologique, c’est comme le site de la SNCF. Il vous dit les horaires des événements. Et même si les événements ne se produisent pas (les trains sont supprimés) ou s’ils ne se produisent quand vous les attendez (les trains sont en retard), ils se disent que ça ira mieux demain.

J’ai appris il y a longtemps que ce qui compte le plus, ce ne sont pas les réponses que vous apportent les gens qui savent (ou les indicateurs de la SNCF…), mais les questions qu’ils vous posent ou vous aident à vous poser, les énigmes auxquelles ils vous confrontent, les pistes qu’ils vous suggèrent pour avancer vers des solutions.

Car la réponse à ces questions, la solution des énigmes, la destination vers laquelle vous mènent les pistes, tout cela est en nous, en vous. Vous seul.e savez où les trouver. Et votre thème natal est une porte qui ouvre sur ces choses enfouies au fond de vous. Il pose les questions, et il vous met sur la piste des réponses.

L’astrologique moderne : un regard nouveau

L’astrologie moderne nous a confirmé une chose essentielle : le bonheur ne dépend pas d’événements ponctuels, et donc pas de recettes qui permettraient de les prévoir. 

Notre culture nous a fait oublier, pour une bonne part, que le bonheur dépend du rapport que nous avons aux événements, et non des événements eux-mêmes. Et donc du travail à faire sur soi pour retrouver ce que nous avons eu tendance à oublier, et que les philosophies – ou les spiritualités, comme on dit – orientales nous rappellent avec force.

Au fond, il y a une question centrale : « Quelle est votre nature primordiale, profonde ? » Car si vous êtes en harmonie avec votre nature, beaucoup de problèmes et de difficultés disparaissent. Sinon, vous avez tendance à confondre votre nature avec votre ego. Méconnaître sa nature profonde, c’est faire preuve d’ignorance. Et  l’ignorance est la source de beaucoup de souffrances, comme l’explique Walpola Rahula (L’Enseignement du Bouddha selon les textes les plus anciens). 

Comment faire pour répondre à cette question centrale ? Utiliser votre thème comme un miroir. Il va vous renvoyer, dans le foisonnement de ses symboles, l’image de ce que vous êtes profondément, en même temps que l’image de ce que vous croyez être, de votre ego. 

Pour lire cette image, il ne suffit pas d’aligner des bouts d’information ramassés ici et là sur internet. Il faut vous plonger dans votre thème, vous y immerger, le méditer, le comprendre au sens étymologique. 

Lever les quatre voiles

Votre nature profonde est, comme c’est le cas de la plupart d’entre nous, enfouie sous des quantités de « voiles ». C’est l’expression qu’emploient beaucoup de traditions spirituelles authentiques. Comment identifier ces voiles ?

Le premier est l’ignorance de ce que nous sommes. L’expérience m’a montré qu’en mettant en relation le Soleil, la Lune et l’Ascendant, il était possible de discerner ce qui tient de l’inné (ce qui est donc primordial) et ce qui tient de l’acquis. Et ainsi de lever ce premier voile. La Part de Fortune est donc une source d’information puissante puisqu’elle est, par nature, la synthèse de ces trois éléments de base de votre thème.

Le deuxième est constitué de nos propensions fondamentales. Quand nous naissons, nous sommes porteurs d’expériences (de natures diverses, les nôtres et celles de nos ancêtres) qui nous poussent à adopter certaines attitudes ou certains comportements qui ne sont pas en accord avec notre nature profonde et que nous répétons. Pluton est une clé pour identifier et comprendre ces inclinations. 

Le troisième voile, ce sont nos passions et nos attachements. Ils nous enferment dans des prisons psychologiques : colère, haine, avidité, dépendance, attachement à l’ego, jalousie, orgueil, etc. Dénouer ces noeuds parfois très serrés est compliqué, tant les éléments du thème concernés sont nombreux : votre Lune bien sûr, Vénus sous certains aspects, Jupiter et Saturne, les trois planètes trans-personnelles, etc. Les maisons où ils se trouvent jouent bien entendu un rôle central dans la façon dont ils s’expriment.

Le quatrième voile, c’est bien sûr votre karma. Là encore, il faut démêler les fils que tissent Pluton, vos noeuds lunaires, Chiron, votre Lune noire, et probablement d’autres planètes ou astéroïdes. 

Dane Rudhyar considérait le thème natal comme un mandala. Il en la forme, mais il en porte aussi l’esprit.

Albert Slosman, L’astronomie selon les Egyptiens, Robert Laffont

Dans un livre magnifique, Mandala, José et Miriam Argüelles écrivent :

Un mandala est une série de formes concentriques qui suggère un passage entre différentes dimensions. Dans son essence, il s’applique non seulement à la Terre mais aussi au macrocosme et au microcosme, aux processus structurels les plus vastes comme les plus ténus. Il est le point de passage de l’un à l’autre.

Que chercher dans votre thème ?

Je commence par un détour avant de revenir à notre sujet. J’évoquais précédemment Walpola Rahula. Il explique longuement ce qu’est pour lui la souffrance de l’être humain dont parla le Bouddha dans son premier sermon. Il en décrit les différentes formes et montre qu’elles se ramènent toutes à une cause fondamentale : l’insatisfaction. 

Pour lui, la seule manière d’éviter de souffrir, c’est de s’abstenir de vouloir satisfaire ses envies de toutes sortes. Autrement dit, c’est ne rien chercher à satisfaire.

Il ne s’agit pas d’une attitude de passivité, de retrait ou de refus. Il s’agit au contraire d’être totalement et activement ouvert.e à tout ce qui peut survenir. 

Ce que vous voyez quand vous regardez votre thème, c’est d’abord une réalité explicite et apparente. Faite de signes organisés sur un mandala, elle est totalement liée à votre conception de vous et du monde. Et cette conception, comme c’est le cas de tous les êtres humains que nous sommes, dépend de vos conditionnements, de vos imprégnations mentales et de votre karma. D’où des jugements de valeur, qui nous font par exemple classer les planètes en « bénéfiques » et « maléfiques ».

Mais le thème est aussi une réalité implicite qui a, à mon sens, deux composantes. L’impermanence d’une part, qui est au fondement de l’astrologie. Un thème est parcouru de cycles qui ne cessent jamais et qui font changer en permanence à la fois le monde et vous-même. L’interdépendance d’autre part : la nature du thème, c’est que tout y soit lié. Aucun élément ne s’interprète seul, indépendamment de tous les autres. 

Ces deux réalités sont comme les deux faces de la même pièce. Mais elles demandent, pour être saisies, des attitudes différentes. Décrire la réalité apparente est relativement facile. Comprendre la réalité implicite, cachée sous les apparences, l’est beaucoup moins.

Quelle attitude adopter ?

C’est encore dans les propos du Bouddha que je puise. Il se révèle décidément un psychologue avant la lettre, plein de subtilité. Dans ce même sermon de Sarnath, le Bouddha explique les étapes de l’octuple sentier. Je transpose à notre sujet : comment parvenir à capter la véritable réalité de votre thème ?

Commencez par vous pénétrer de ce que je viens de vous proposer, et qui constitue les conditions de bases. La question de votre nature primordiale, les quatre voiles sous lesquels elle est enfouie, l’absence de but particulier à votre quête, la nécessité de chercher la réalité cachée derrière les apparences. Le Bouddha appelait cela la connaissance juste.

Ayez confiance en vos capacités. Soyez compatissant.e envers vous-même. Et lucide. Votre thème ne doit provoquer aucun sentiment de culpabilité. Ni aucun sentiment d’orgueil, ni auto-satisfaction. Autrement dit, évacuez le mieux possible les illusions. Ayez une pensée juste.

Vous allez vous parler à vous-même en regardant votre thème. Soyez attentif à cette parole, et faites en sorte qu’elle reste sobre, retenue, maîtrisée. Méfiez-vous de ce que vos conditionnements ne manqueront pas de vous murmurer. Ayez une parole juste

En étudiant votre thème, vous devenez une sorte de conseiller pour vous-même. Soyez bienveillant.e vis-à-vis de vous-même. Donnez-vous des conseils pertinents, sans négligence ni laisser-aller, avec sérieux. Et qui n’entraînent rien de négatif pour autrui. Choisissez l’action juste.

Le Bouddha parle ensuite des moyens d’existence justes, ce qui, vous en conviendrez, parle peu quand il s’agit de travailler votre thème personnel. Mais on peut imaginer que ce conseil prend du sens si votre activité professionnelle est en jeu, par exemple dans les moments de crise.

Revenons à votre démarche. Je l’ai déjà dit, il convient de se mettre dans des dispositions mentales correctes. Pas de projections, d’attitudes acquises et donc non authentiques. Soyez donc vigilant.e vis-à-vis de tout ce qui peut – par exemple les distractions – perturber votre travail. Produisez ainsi un effort juste

Vous le constatez peut-être, ces six points sont à prendre en compte simultanément. Ils sont comme les brins de couleurs différentes qu’il faut entremêler dans votre travail de tissage d’une interprétation. Ils créent les conditions pour que les deux derniers, les plus déterminants, puissent être réalisés.

En septième lieu, il s’agit de prêter une grande attention à tout ce que vous faites pour interpréter votre thème. Je dis bien à tout. Vos sensations physiques. Mais aussi vos émotions : notez quand elles apparaissent, quand elles disparaissent. Enfin vos pensées non maîtrisées qui perturbent votre démarche. Pour cela, essayez d’établir un état intérieur de paix et de sérénité. Ainsi pourrez-vous pratiquer l’attention juste.

Vous voici parvenue.e au bout du parcours. Vos pensées peuvent divaguer, vous ne vous attachez plus à elles. Vous les laissez venir, vous les observez, vous les laissez faire. Comme les vagues à la surface de la mer, qui arrivent, passent, disparaissent, et laissent la place à d’autres. C’est une sorte d’état méditatif dans lequel vous vous installez. Vous êtes « concentré.e » sur ce que vous faites, mais sans crispation, dans un détachement qui vous rend disponible. C’est la concentration juste.

Alors les pensées que votre thème va susciter ne sont plus le résultat d’un raisonnement. Ce sont des intuitions, des « insights » comme on dit en anglais, qui viennent du fond de vous-même. Elles sont le produit des symboles de votre thème.

Ces intuitions vous révèlent une vérité subjective, la vôtre, la seule qui compte pour vous. Elle voit au-delà de l’enchaînement des événements ponctuels apparemment sans lien, au-delà de vos conditionnements.

Alors votre thème natal est devenu votre guide intérieur. Et le cheminement que je vous ai proposé vous aidera à vous habituer à l’écouter, grâce à deux attitudes essentielles :

Voir sans regarder.
Comprendre sans réfléchir.

Pour être informé.e de la parution d’un nouvel article, il suffit de vous inscrire dans la colonne à droite.

Vous pouvez également demander votre inscription au groupe (privé) Facebook Mon thème astrologique.

4 réflexions sur « Comment acquérir une vision profonde de votre thème ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *